GUSTAVE DRON (1856-1930)

Député-maire de Tourcoing, sénateur du Nord

Accueil > Un homme, une ville > Une action politique autoritaire > La grève générale textile d’octobre 1903

Seconde partie - Chapitre 4 - Paragraphe 6/14

La grève générale textile d’octobre 1903

La troisième et dernière grève générale qui secoue Tourcoing avant la première guerre mondiale est celle de l’automne 1903. Le conflit a en fait débuté en septembre à Halluin, où les tisserands des usines DEFRETIN et GATRY se mettent en grève pour protester contre des licenciements à caractère politique. L’agitation s’étend à toute la vallée de la Lys. Les ouvriers de Lille suivent le mouvement dès le 6 octobre. La troupe, plus de 1.700 hommes, interdit l’accès de Tourcoing encore épargnée aux manifestants.

Ceux-ci réussissent cependant à s’infiltrer par la rue de Bradford où ils rallient les ouvriers de l’usine ALPHONSE POLLET, et par la rue de Paris où ils entraînent ceux de la fabrique de tapis PARMENTIER. Ils parviennent à rejoindre, rue Fin de la Guerre, les tissages BAYARD, dont les ouvriers viennent en renfort, et débouchent en cortège sur le boulevard Gambetta. Là, ils dressent une barricade avec l’aide de leurs camarades des établissements MATHON & DUBRULLE.

La grève ne s’achève pas dans la vallée de la Lys avant le 14 novembre, avec l’augmentation de 5% des salaires pour les ouvrier du coton à partir du 1er avril 1904. En revanche, à Tourcoing, le travail reprend dès le 9 octobre, sauf chez MATHON & DUBRULLE.

Suite à cette grève, est organisée par la Chambre des députés une commission d’enquête destinée à examiner les requêtes des ouvriers du textile. DRON semble tout désigné pour appartenir à cette commission, aux côtés du grand JAURÈS. Il rapporte à la Chambre les revendications ouvrières qui portent sur l’augmentation des salaires mais aussi sur la journée de huit heures (dix pour les tapisseurs), la liberté de conscience, le vaporisage des laines pour diminuer la nocivité des poussières, l’égalité des salaires féminins, la suppression du livret de travail, l’accroissement des pouvoirs de l’inspection du travail.

Version imprimable

Dans ce chapitre :


gustave DRON

Mémoire de Maîtrise en histoire contemporaine politique
de l’Université de Lille 3.
Octobre 1988

auteur

Bruno SIMON

Avertissement

MENTIONS LÉGALES

Le contenu de ce site est sous licence Creative Commons :

Creative Commons BY-NC-SA