GUSTAVE DRON (1856-1930)

Député-maire de Tourcoing, sénateur du Nord

Bureau de Bienfaisance de Tourcoing - L.L - Médiathèque municipale de Tourcoing
Accueil > Un homme, une ville > Une oeuvre de bienfaisance (...) > Pour l’insaisissabilité des salaires

Seconde partie - Chapitre 6 - Paragraphe 8/14

Pour l’insaisissabilité des salaires

Finalement, les seules réformes qu’il défend devant l’Assemblée et qui ne sont pas critiquées par les industriels de la région sont celles qui portent sur l’institution du repos hebdomadaire et l’interdiction du travail de nuit. La première devient la loi du 13 juillet 1906 sur le repos hebdomadaire, votée sans trop de difficulté par la Chambre.

Quant à la seconde, nous avons vu qu’en 1890, alors jeune député, il avait soutenu un projet de loi qui était devenu la loi du 2 novembre 1892 contre le travail de nuit. Le président de la Chambre de Commerce de Tourcoing, EUGÈNE JOURDAIN, avait donné un avis favorable, dans le sens de celui de DRON.

Par contre, lorsque DRON dépose le 21 décembre 1908, un projet de loi visant à rendre incessibles et insaisissables les salaires des ouvriers, employés, commis et fonctionnaires, la Chambre de Commerce suit l’opinion de CHARLES FLIPO qui est partisan d’une saisie limitée. La requête du député-maire contre « l’exploitation sans scrupule de la clientèle ouvrière » ne sera pas adoptée.

Version imprimable

Dans ce chapitre :


gustave DRON

Mémoire de Maîtrise en histoire contemporaine politique
de l’Université de Lille 3.
Octobre 1988

auteur

Bruno SIMON

Avertissement

MENTIONS LÉGALES

Le contenu de ce site est sous licence Creative Commons :

Creative Commons BY-NC-SA